La vie de Joseph…

 Le papa de Joseph, lui, était ouvrier du bois, bûcheron, menuisier, ébéniste enfin un vrai « ver du bois ». Lui aussi commençait ses journées par ce même rituel de faire du feu et entretenir la chaleur du foyer pour son épouse, Joseph, son frère et sa soeur. Son travail principal au sein de l’usine, consistait à fabriquer les fameuses caisses à compartiments pour la halle, et de temps à autre à réaliser quelques étagères de rangement pour l’usine, des meubles de cuisine, des vaisseliers même, des lits et des sommiers.

Ca, il le faisait car il était artisan, mais évidemment il était aussi et avant tout payé par le patronat de l’usine. Il faisait beaucoup de travaux à la demande et pour les patrons et de ce fait touchait quelques gages supplémentaires en cumulant pas mal d’heures. De l’exploitation acceptée, que faire d’autre d’ailleurs ? Mais il s’éclatait dans son travail et Joseph l’admirait et bien sûr allait s’en inspirer pour la suite de sa vie et son futur métier à lui. Joseph traînait souvent dans l’atelier personnel de son papa.

Celui – ci se trouvait à l’arrière du bâtiment des logements, là où quasiment tout le monde avait une étable, un clapier, une cave aussi, dans les roches de grès rouge qui encerclaient et soutenaient le village. Les caves étaient creusées dans la roche et malgré un peu d’humidité, étaient tempérées et servaient de lieu de froid. Devant les grottes, des bâtiments en bois, lattés, les « schopf » servaient de lieux de stockage pour le bois de chauffage et aussi d’ateliers. Certains voisins élevaient aussi au moins un et même plusieurs cochons dans des étables maçonnées ou bétonnées et entourées de barres de fer qui permettaient qu’on  nourrisse les cochons et qu’ils ne s’échappent pas. Un cochon, par familles qui en possédaient, était sacrifié au bout de deux à trois ans d’engraissement.

Ah la là ! Les « jours de charcuterie », quel bonheur quand ça arrivait et quel régal pour tout le monde, car cela se passait bien souvent en automne et les « cochonnailles » étaient de véritables festins, des fêtes de quartiers, dirons-nous. L’occasion aussi, pour les mamans de Louise et de Joseph, et les femmes du village entier d’appeler à table et d’étaler tout leur art culinaire, des saucissons, des boudins, des pâtés, du lard blanc, des fromages de tête… enfin la potée régulière des dimanches en étaient des témoins inoubliables. Sans oublier les fumoirs collectifs fonctionnant aux copeaux et à la sciure de bois séchés, dans lesquels jambons, plaques de lard et palettes trouvaient place pour quelques semaines et ensuite nourrissaient les familles du plus petit au plus grand durant tout l’hiver.

Dans mon enfance à moi, j’ai encore le souvenir que cela se passait quasiment de la même façon, mais nous n’y sommes pas encore…

La maman de Joseph était une femme d’une bonté remarquable et était au service de tout le monde. Il est vrai qu’elle avait la foi et pratiquait vraiment la religion catholique et ce dans tous ses rites et rituels. Elle s’occupait des « filles de Marie », reconnaissables au petit ruban bleu épinglé à leurs vestes, manteaux du dimanche, quand elles assistaient aux messes, aux vêpres, aux prières du soir et toutes les activités religieuses desquelles elle s’attachait à faire partie. Elle chantait aussi à la chorale et Joseph l’accompagnait souvent aux répétitions et s’asseyait, avec grande ferveur et plaisir, sur la chaise prieur à côté d’elle. Il écoutait avec attention et quand il retrouvait son harmonium, il rejouait à l’oreille les chants entendus. Son chant préféré était le chant : « Grosser Gott wir loben dich ! »…Grand Dieu nous te bénissons…, qui était le chant de toutes les grandes fêtes et que la chorale travaillait à quatre voix, ce chant clôturait aussi les cérémonies de la Fête-Dieu.

Nous en reparlerons. 

La maman de Joseph donnait une grande partie de son temps à visiter les personnes malades, les anciens couples et anciens veufs et veuves du village pour leur apporter le réconfort et les accompagner dans quelques moments de leur vies souvent difficiles et solitaires.

Souvent quand Joseph rentrait de l’école des garçons, il allait directement dans l’atelier, la remise disait-on aussi, et s’affairait à travailler le bois. Son papa rapportait souvent des restes de caisses, du bois fin en plaques et quelques planches que son chef à l’usine l’autorisait à emmener. Ce dernier demandait bien sûr compensation et le papa de Joseph rendait service. Il assurait certains travaux de réparation de vitrages et d’entretien de menuiseries dans les appartements huppés de son chef direct.

Cette période de l’histoire de la Moselle et de l’Alsace reste toutefois une période culturelle décisive dans les caractères des gens et des familles qui y vivent et participent de l’héritage germanique, encore sensible aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard. Depuis les années 1870/71, la fin du règne de Napoléon III, l’annexion à l’Allemagne était une charge, plutôt qu’un état des choses, mais les enfants nés dans cette période étaient allemands, vivaient en Allemagne et allaient à l’école allemande, en fait, bien que anciennement enclavés dans la France, les alsaciens – mosellans  n’étaient plus français, enfin plus entièrement.

Ainsi allait la vie. Joseph avait en tête de réaliser un grand projet, mais n’en soufflait mot à personne.

Dans sa tête cela prenait forme de jour en jour…

…/…

à suivre…

Publicités
Publié dans Tranches de vie | 7 commentaires

Les métiers… les techniques….

Les caisses en bois compartimentées, étaient déposées avec précautions sur des charrettes légères en bois, à quatre roues, dont celles de devant étaient sur un essieu tournant que l’on manipulait à l’aide d’une potence en forme de croix. Grâce à celle – ci les charrettes étaient utilisables par un ouvrier seul ou à deux personnes, car de temps à autre le chargement était trop lourd entre les ridelles à claire-voie. A l’avant et à l’arrière les ridelles étaient pleines et se glissaient de haut en bas pour fermer, le bas moins large que le haut, ces charrettes existent encore aujourd’hui, elles sont en ossatures métalliques légères, de l’aluminium par exemple, et ont servi de modèles aux jouets préférés des enfants, des modèles réduits bien entendu…

Pour « décalotter » les pièces en cristal celles-ci devaient être passées devant une flamme d’un bec au gaz qui,  de la même façon que l’on soude, réalisait l’action inverse sur le cristal et le coupait net par l’action de la chaleur. Le verre, en l’occurrence était alors très coupant et il fallait sans tarder le passer au polissage. Une opération tellement délicate se faisait en portant des gants et en manipulant les verres de différentes tailles et en les passant sous des grandes roues de polissage, des meules. Pour ce faire, les meules étaient entrainées sur de axes mus par de petits moteurs à entrainement de poulies, d’’abord avec une sorte de terre abrasive et de l’eau et au fur et à mesure avec des meules brosses plus douces. Sous les meules, des bacs à eau étanches, remplis d’eau boueuse qui s’écoulait par le trop-plein directement dans la rivière sous-terraine du village.

Les verres étaient lavés à l’eau claire ensuite et allaient à l’atelier de marquage, de dessin des motifs et prévisions de biseautage ou de gravure,  de façon à être prêts pour l’opération de taille et aussi, pour beaucoup, au « décor » final, la dorure, la gravure, dont il sera question dans la suite de ces écrits.

Autour de 1900 on réalisait déjà, après avoir copié les verres de couleur de Bohème, des verres dont le développement s’était fait en interne. Différents produits chimiques additionnés au cristal avant fusion lui conféraient des couleurs. Le chlorure d’or donne la couleur rouge rubis par exemple et le bleu s’obtient avec du cobalt. Depuis pas mal d’années ces verres colorés étaient très recherchés et appréciés par les fortunés.

Voilà quelque chose qui n’a nullement changé de nos jours, le cristal, le vrai a un coût, et pour ma part je ne trouve pas cela exagéré, mais compte – tenu des petits salaires versés aux artistes du cristal quelque peu inéquitable. L’ouvrier, l’artiste, l’artisan aurait dû, devrait encore, avoir un peu plus de profit à exercer ces métiers…

On développa les services en cristal, verres, carafes, coupes, vases, les décors de forme à l’extérieur étaient pré-gravés dans les moules et lors du soufflage par l’action de celui ci, on les « pressait » dans la masse. Des lustres à pied, des candélabres de tailles supérieures à trois voire quatre mètres, furent aussi fabriqués, cela durait des semaines, des mois  pour en achever un … On ajouta à la production des verres en cristal blanc mat,  ceci était devenu possible grâce à la « chimique » disait-on. On utilisait des procédés de matage à l’acide, techniques de pointe pour l’époque et pour beaucoup de fabrications c’est encore le cas de nos jours, on appelait cela comme encore aujourd’hui, les « arts décoratifs ».

Dans l’usine plus de 1500 personnes s’activaient tous les jours. Il y avait plus de un tiers d’ouvriers bucherons, de transporteurs, qui s’affairaient autour et en plus. Les machines tels que les tours et les ateliers de taille où travaillait un tiers des ouvriers quand même, fonctionnaient à la vapeur, j’ai lu que la force développée des salles de machines étaient de près de 100 chevaux ! Vers la fin du siècle, l’usine développe sa vocation « industrielle » en réalisant des verres de lampes à pétrole et les unités d’éclairage des wagons des chemins de fer…

Il serait un peu trop technique de rentrer dans plus de détails à ce propos, car il y a là de quoi alimenter de longues soirées de veille auprès des « Kacheloffe », fourneaux céramiques (une autre facette de l’artisanat régional…), du Bitcherland entier et de l’Alsace !

Juste une dernière  incursion dans le domaine technique, car on ne peut parler de cette cristallerie royale sans évoquer les fameux presse – papiers, une marque de fabrique absolue de la – dite usine. Il y a là une technologie qui remonte à la deuxième partie du XIXème siècle et qui consistait à enfermer des tiges de verres de couleur et de longueur différentes à l’intérieur d’une boule de cristal transparente qui au fur et à mesure se créait autour du bout de la canne de cueillage. A chaque dépôt de décors, une fine masse de cristal était ajoutée à l’ensemble et le verrier roulait sur une table plane métallique pour bien serrer les tigettes et incrustations dans la boule. Une fois le diamètre final de quelques centimètres atteint, la boule était arrondie par le haut et rendue lisse par le travail d’orfèvre, peut-on dire, du maître verrier et c’était d’un effet grandiose et donnait de vraies oeuvres d’art.

De nos jours on fabrique même certaines séries uniques de bijoux, pendentifs, bagues, boucles d’oreilles et ceci rencontre un succès commercial grandissant. Des décors fascinants, des floraux, des assemblages de cristaux colorés, des motifs animaliers, et bien d’autres « incrustations » virent le jour durant les siècles et jusqu’à aujourd’hui des mains de femmes principalement, assurent cette tradition de fabrication artistique dans la cristallerie.

Aujourd’hui c’est encore une activité des plus importantes et des plus recherchées de l’usine. Il y a de grands collectionneurs dans le monde entier, des japonais, des américains, le monde a toujours eu un intérêt fantastique pour ces productions uniques et spécifiques de tradition et toujours en séries limitées de une à deux centaines par modèle…

Les ouvriers et ouvrières de l’usine, leurs parents déjà avant eux, avaient aussi accès à ces pièces de fabrication, mais seulement en les achetant à prix réduit ou en tant que rares cadeaux de Noël, ce qui souvent était leur « prime » de fin d’année.  

A vrai dire et malheureusement, ils n’étaient pas bien payés du tout dans ces années de début du XXème siècle et les cadences étaient infernales, sans parler des dangers évidents et destructeurs par moments de ces métiers du cristal.

…/…

à suivre…

Publié dans Tranches de vie | 12 commentaires

La halle verrière… les métiers…

Le maître verrier était bien souvent originaire des pays de l’Est ou allemand de Bohème, de Bavière ou de Saxe, quoique de plus en plus de gens du pays, formés dans l’usine, devenaient maintenant des maîtres à leur tour. Sur sa « place », deux mètres carrés peut-être, il commençait son travail d’art verrier sur la pièce. Le souffleur réalisait le cueillage, dans le pot, on dit aussi le creuset, à la main, et maintenait en l’agitant avec toute son adresse professionnelle, la paraison (la masse de verre en fusion) pendant son transport vers le moule. Une fois soufflée, formée dans le moule, la pièce était présentée au maître qui l’analysait sous toutes ses facettes, regardait directement si oui ou non il y avait déjà des défauts de soufflage, des « bulles » comme ils disent, des impuretés dans la masse en fusion.

Puis il la faisait tourner devant ses yeux sous l’action de sa paume qui roulait la pipe, la canne dit-on aussi, à laquelle la pièce en cours était toujours encore attachée, sur son « métier ». Sa »place » consistait en deux poutrelles entre lesquelles il était assis parallèlement sur un « bänkel », un tabouret trépied, ou encore un simple banc en planches, ses genoux juste en dessous de la pipe tenue horizontalement et perpendiculaire aux poutrelles.  Sur le côté travail, gauche ou droit, se trouvait un réceptacle rectangulaitre aux bords grossièrement relevés et soudés sommairement, en tôle, où tombaient les bouts de cristal fondants coupés  sur la pièce.

Tous les soirs, un peu avant la sirène, ce bac muni de poignées de transport à peine protégées et qui souvent griffait ou coupait les mains, était vidé sur les tas de cristal concassé, à l’arrière de la halle, et ce cristal une fois finement broyé allait être réutilisé en quantité réduite dans les nouveaux mélanges pour le remplissage des creusets de cuisson. Voilà encore une autre des multiples activités journalières des gamins verriers.

Le cristal en fusion, la paraison, tournait, éblouissant, fascinant de beauté et la vitesse de rotation impulsée par le maître lui donnait rapidement sa forme définitive. Il fallait couper, cisailler, tapoter, de temps à autre ajouter de la matière pour combler les aspérités, lisser, détendre, assouplir pour mieux lisser encore ou combler les endroits légèrement bosselés ou creux. De temps à autre le maître ajoutait aussi son souffle via la pipe dans la masse de cristal en travail pour lui redonner du contenant et ainsi continuer son travail…

Là, l’importance du gamin est incroyable, et on sent son utilité évidente. Sa présence constante et son attention incessante sont requises, car il n’y a pas de période d’arrêt dans la réalisation. Le travail doit couler, être fluide, pour ne pas que la pièce se déforme ou se déchire, ceci serait fatal à celle-ci et elle irait directement au rebut. L’opération d’adjonction de la tige plus ou moins longue suivant le type de verre, puis le collage, dirons-nous, du pied sur la tige, était la plus risquée.

Le gamin tendait une canne avec une certaine quantité de cristal en fusion au maître et celui-ci, à l’oeil, savait quand il « était servi » et coupait la matière d’un geste certain et professionnel en la posant délicatement sur le fond du verre et finissait ensuite de la modeler. Puis, il reprenait du cristal fondant pour plaquer en la centrant bien, la petite masse au bout de la tige il ne fallait pas rater la forme et le bon arrondi extérieur du pied, c’est de là que provenait l’équilibre du verre à pied. 

 Etre gamin, voilà le rêve de beaucoup de très jeunes garçons, qui tous les jours allaient travailler fièrement dans la halle à verre, à cette époque là. On commençait à travailler, durement même, dès l’âge de quatorze ans en quittant des fois prématurément les bancs râpés de l’école du village.

J’ai toujours trouvé cette appellation de métier très adaptée et unique, en fait un gamin c’était, c’est toujours encore, tout simplement un porteur de travail et par la force des choses, un apprenti, un aide, un soutien qui était en pleine possession de son avenir de futur maître verrier. Il n’y avait, pas encore, de filles voulant s’attaquer à ce métier, ce n’était pas vraiment volonté paritaire. La fille restait avec maman pour apprendre un « métier » ou avoir une occupation de femme plus tard.

Evidemment, pas tous les jeunes hommes n’accédaient à la maîtrise, il fallait aussi être artiste, ne l’oublions surtout pas.

Quand le maître verrier, qui travaillait comme le souffleur, les mains nues, une question de sensation avant d’être un problème de sécurité, avait fini son travail à façon, il détachait la pièce calottée de la pipe en la tapotant avec l’outil adapté et de suite le gamin emportait le gobelet ou le verre à pied, en utilisant une fourche à deux bras gainés de tissus d’amiante, dans laquelle se lovait la pièce finie. Il l’emmenait à l’arche, le refroidisseur, sorte de tapis roulant qui cliquetait dans un des angles de la halle verrière.

A l’époque, celui – ci était encore activé manuellement à l’aide d’une manivelle, là encore une responsabilité qui incombait aux gamins. Le tapis roulant était entouré de brûleurs et permettait la lente baisse de la température jusqu’à ce que la pièce brute fût transparente et claire, finie en quelque sorte.  La pièce, verre à pied, gobelet, après une phase de refroidissement dont la durée était dépendante de sa nature, de sa forme et de son épaisseur aussi, allait être stockée en caisses de bois superposables et à compartiments plus ou moins grands. Cela permettait leur manutention sans grand danger de les entrechoquer, en attendant les opérations suivantes, qui sont le décalottage, le polissage, la taille ou la gravure…

…/…

à suivre…

Publié dans Tranches de vie | 13 commentaires

L’usine…la halle verrière…

Le papa de Louise était potier, étrange travail en usine, mais dans une cristallerie, qualifiée longtemps de « royale » de surcroit, il en existait quelques-uns. Ce métier, car c’en est un même en usine, et très spécifique en plus, consistait et consiste toujours à construire, à former des pots de cuisson pour le cristal.

Ces grands pots en argile étaient réalisés sur un socle oblong de presque un mètre sur environ la moitié de large et d’une hauteur approchant le mètre aussi. Ils servaient à recevoir les composants secs du cristal, comme le sable blanc, et le plomb, tout comme l’addition de certains composants dangereux dont l’arsenic… Ces produits une fois chargés dans le pot étaient amenés, dans ce pot et à l’aide de charriots de fer vers le sous bassement du four dans lequel se trouvait le foyer, qui chauffait à plus de 1600 degrés, vu que le cristal est en fusion à la température d’environ 1500 degrés. Un four de forme extérieure ronde, plus ou moins hexagonale ou octogonale, contenait six à huit compartiments à pots.

Les travailleurs chargés de la mise en place de ces pots dans le four étaient de vrais « forçats » en patois lorrain on les appelait les « schmelzer » traduit littéralement cela veut dire les « fondeurs »… car il fallait vouloir faire ce travail, aux températures ambiantes dont on parle. Ils étaient quasi nus sous des capes en tissus d’amiante qui trainaient quasiment parterre, les moufles à manchons assorties, de même que de grands chapeaux descendant jusqu’aux épaules, des masques protecteurs couvraient leurs visages de la chaleur et des projections possibles et fréquentes. Dès que le pot était soulevé par les bras des charriots à deux roues en ferraille, les fondeurs se mettaient à deux voire quatre pour pousser le nouveau chargement vers l’entrée du four où se trouvait son logement et l’y sceller rapidement en le fixant définitivement avec des briques et un mélange de ciment et d’argile.

Auparavant, les pots une fois chargés des matières premières, étaient fermés par des couvercles demi-ronds. Ceux-ci, une fois en place étaient scellés dans la face avant du pot, ouverte de la même façon adaptée au couvercle, avec de l’argile fraîche, un peu comme on obture une terrine en boulangerie.

Plusieurs fois aussi il fallait alimenter le feu dans la journée, avec le bois. Le foyer de chauffe du four était, à cette époque là encore, à base de bois, du hêtre majoritairement, le sapin, l’épicéa dégageait trop de résine et fumait beaucoup. Le village se trouvait encastré au fond d’une vallée et était entouré de forêts sur des hectares de terrains qui étaient propriété des critalleries. L’usine s’était appropriées toutes les forêts environnantes, par décret royal au XVIIème siècle… oui cela datait de bien longtemps.

Elle employait donc aussi un bon nombre de travailleurs forestiers, des bûcherons et des responsables de plantations et de nettoyage des forêts. Les transports de bois se faisaient à l’aide de boeufs et de chevaux de trait. Beaucoup de paysans avaient choisi au fur et à mesure de l’expansion de « la bête », de se recycler dans ce type de travail rémunéré un peu mieux mais souvent plus dur.

Quelques années plus tard, au XXème siècle le chauffage se fera au charbon ou au coke en provenance des proches mines de charbon de la région sarroise et plus tard, de Merlebach, Forbach à mi chemin de la région messine. Metz, allemande, n’ était pas trop éloignée de la « France » de l’époque, la Meuse et la Meurthe et Moselle ayant toujours gardé leur appartenance française. Les mineurs de charbon, corps de métier dont certains habitants du village de Joseph et Louise firent partie, donnaient donc aussi de leur sueur et efforts pour permettre aux cristalliers de subsister et de faire leur travail, ou devrait-on dire, de pratiquer leur art ?

Après une longue période de chauffe, le pot devenu tout rouge et terriblement chaud, ce qui était dû au cristal en fusion, était ouvert par les verriers, et là commençait le ballet journalier et incessant des gamins cueilleurs, avec leurs pipes et les jeux de lumières incandescentes à bout de bras des souffleurs de verre.

Pour être souffleur, il fallait plusieurs années de formation et une sacrée cage thoracique, des poumons en bon état et une force physique assez importante. Le souffleur de cristal s’approvisionnait dans le four et bien évidemment devait avoir très bien assimilé le métier. Il fallait le coup de main pour préparer la masse en fusion pour le maître verrier qui lui travaillait le cristal en fusion déjà préformé dans des moules le plus fréquemment. Il lui fallait procéder en plusieurs étapes, aidé en cela par le gamin qui lui portait de temps à autre du matériel en fusion pour compenser, compléter la réalisation. Le maître utilisait des sabots de forme, des louches, des coques, qui permettaient d’arrondir, des pinces pour aider à étirer la masse en fusion, divers bouts de bois, de cuir plats, des ciseaux et d’autres accessoires bien propres à son métier d’artiste.

A l’époque dont nous parlons, la principale réalisation consistait en fabrication de plaques de verre à vitre et aussi de gobelets à boire. Il n’y en avait pas que des ronds mais déjà certains verres évasés à pied se fabriquaient, mais étant très fins, personne n’aimait les faire. Aujourd’hui leur rareté leur confère un statut de verres de collection assez élevé.  

Le type de production évoluait assez rapidement en ce début de siècle et de plus en plus de demandes et de références devenaient nécessaires.  Les prévisions de fabrication et les modèles nouveaux émanaient principalement de clients et créateurs attachés à la bourgeoisie parisienne, des grandes villes en général et surtout d’Angleterre où le cristal connaissait déjà un essor de loin supérieur à la France… La cour d’Angleterre était grande consommatrice de vaisselle en cristal.

En tous cas, les « patrons » étaient déjà en recherche constante pour dynamiser la production et assurer le futur. D’ailleurs, dans son histoire, déjà ancienne, la cristallerie a été confrontée souvent à des difficultés d’existence, mais on a toujours su se moderniser, changer et survivre.

Mais Dieu que cette période d’annexion germanique était rude et l’on ne savait pas vraiment où les choses allaient réellement s’orienter. Tout le monde était néanmoins au travail et gagnait péniblement sa vie, ce qui n’empêchait pas les familles du village très dépendantes de l’usine, de vivre pleinement et heureuses. Les familles de Louise et Joseph en étaient.

…/…

à suivre…

Publié dans Tranches de vie | 25 commentaires

Louise et Joseph… l’enfance heureuse…

Dans la cour de l’école des soeurs de ce petit village du Bitcherland, en Moselle, près de l’Alsace, en France annexée à l’Allemagne, deux enfants se rencontrèrent jadis, en quelque temps autour de la charnière du XXème siècle. Ils ont passé leur enfance, leur jeunesse, ensemble, en tous cas pas loin l’une de l’autre, l’école, les activités du village, les animaux, les jeux, et nul n’a de mal, en tous cas dans leur descendance,  à imaginer leur scénario journalier.

Joseph, un enfant totalement discret et plein de charme, les pensées perdues dans les nuages, les étoiles, certainement, séduisait naturellement. De plus, pas très épais, un visage en pointe, le front haut, la mèche de cheveux plaquée vers la gauche, il était habillé sobrement, vu ses origines modestes mais sérieuses, une culotte mi courte, mi-longue, à fines rayures issue d’un pantalon de son papa, voire même de son grand-père et une petite chemise au col dont les pointes se roulaient, par-dessus un pullover torsadé gris-bleu. 

Joseph avait un signe particulier, ses fines mains ressortaient de ses manches de pullover tricoté à la main et attiraient les regards…

Louise, elle, était un peu boulotte pour son âge, mais aussi très jolie, un visage marial, disait-on, une bouille à faire rosir tout jeune garçon en face d’elle. Elle aussi était vêtue d’une petite robe dont on devinait la provenance, car sa maman, qui ce matin-là l’amenait à l’école, portait une blouse sous son chandail qui y ressemblait étrangement. Maman lâcha la main de Louise et elle, sans l’ombre d’une hésitation, alla droit sur la maîtresse, toute de noir vêtue, une soeur  comme dit, en jetant un oeil intéressé sur le garçon frêle qui l’avalait des yeux, et lui donna la main… Joseph, les mains dans les poches maintenant, poussait son chemin plus loin de quelques mètres pour rejoindre les rangs de ses camarades garçons, devant le perron de l’école des garçons.

Leurs journées se passaient donc très généralement ainsi, et pendant pas mal d’années, Joseph s’accrochait à Louise à la sortie de l’école, lui faisant des cachotteries, simples bien sûr, acceptables pour le garçon de bonne éducation qu’il était. Il lui tirait sur le cartable, lui jetait des marguerites, enfin des choses de son âge, de leur âge. Mais ce faisant, il lui témoignait de l’intérêt et devint son proche ami assez rapidement. Bien plus tard dans leurs jeunes années de vie d’adultes, ils passeront des soirées entières à se remémorer leurs aventures d’adolescents et  les feront connaître pour que la tradition orale de la famille puisse être maintenue et transmettre le passé au présent de génération en génération. 

Joseph n’en oubliait pas moins qu’il devait travailler tous les jours pour devenir quelqu’un, une devise familière et familliale aussi. Quand il rentrait le soir dans leur humble appartement d’usine, les devoirs à peine finis, il s’asseyait devant son harmonium, un héritage de famille, et après quelques coups de pédales lui faisait couiner quelques gammes hésitantes, et cela s’écoutait même assez bien. Il s’attachait à apprendre par lui-même à jouer des morceaux qu’il entendait lors des messes du samedi matin ou du dimanche, quand l’orgue mécanique à soufflet jouait dans la grande église du haut du village, une église rouge en grés, un chef-d’oeuvre imposant de réalisation qui avait été construit grâce à la présence de l’usine…

C’est qu’il avait un don ce jeune Joseph, un don pour la musique  et plein d’autres choses qui s’y rapporteront se cachaient en son for intérieur et dans sa personnalité mûrissante.

Pendant que Joseph faisait l’artiste, Louise était à l’écoute et observait sa maman, qui, après avoir corrigé les exercices d’écriture de la petite, avait repris en main son ouvrage et s’affairait à progresser dans le chandail qu’elle tricotait depuis quelques mois pour son mari, de façon à repartir bien couvert pour les prochains hivers. Louise avait la ferme intention de devenir aussi bonne tricoteuse et couturière que sa maman chérie. La laine de mouton filée dans les villages avoisinants et le village même n’était pas offerte et tricoter faisait partie de ces plaisirs coûteux dont la famille n’était pas inondée, mais cela ne devait pas empêcher que l’on s’habille. Des marchands merciers passaient de temps à autre, venant de la proche Alsace ou de la région du Bade, d’Allemagne, pour proposer leurs rouleaux de tissus , cotons entre autre et « laineux » qui servaient à réaliser des manteaux et des vêtements de « dimanche » comme ils disaient.

Louise regardait sa maman choisir les coupons et les accessoires, les boutons retenaient toujours son attention, les nacres, les opalines, le bois, toutes ces matières qu’elle adorait toucher de ses doigts de future fée de la broderie, du tricot et de la couture. Un peu plus tard dans sa vie d’adolescente, elle irait à l’école de couture, ou encore aiderait sa maman et le voisin, tailleur de métier, qui avait un atelier dans son appartement et travaillait pour les « patrons », oui, les propriétaires de la cristallerie, en fait pour ceux qui avaient de l’argent.

La maman de Louise était aussi cuisinière, une fine cuisinière d’ailleurs et cela lui donnait l’occasion de faire des heures à la Direction. C’est ainsi que l’on désignait la grande maison de maître qui trônait au milieu de village juste à côté de l’entrée de l’usine et où résidaient les patrons quand ils étaient présents. Une grande maison qui contenait au moins dix chambres et deux à trois grands salons de réception, des bureaux et une cuisine adaptée aux occasions. Souvent la maman de Louise accompagnée de plusieurs amies s’y rendait pour cuisiner en toutes sortes d’occasions, des visites de clients ou des réceptions de famille et d’actionnaires, il y avait beaucoup de vie, mais seulement par moments dans cette grande propriété. Elle donnait sur le parc qui y était attaché et dans lequel il y avait un étang, de grandes surfaces d’herbe et aussi des parcelles de forêts qui pénétraient en son sein. Au fond du parc une plantation de petits arbustes destinée à l’entretien du parc, les fleurs et les massifs devaient aussi être entretenus et la Direction avait donc ses jardiniers attitrés et de temps à autre quelques privilégiés du village y accédaient, pour aider lors des grands travaux de printemps et aussi à l’automne. Le choix se faisait dans l’ensemble des habitants du village, le papa de Louise a aussi eu sa chance, une seule fois, disait-t’il !

Maman tricotait un chandail en côtes et y ajoutait des torsades, une opération très difficile, il lui fallait maîtriser une paire de petites aiguilles en plus des grandes sur lesquelles le tricot était monté. Louise admirait la dextérité de ces mains déjà un peu noueuses de sa maman et pensait que celle-ci avait déjà beaucoup travaillé dans sa vie. Maman effectivement, avait toujours fait des petits travaux pour que le ménage puisse subvenir à ses besoins et pour éviter que papa, lui, ne soit absent beaucoup trop d’heures et ne rentrât que pour dormir. Sa petite famille avait un grand besoin de sa présence et du sentiment protecteur qu’il inspirait quand il était là. Louise pensa au printemps et imagina son papa dans cette nouvelle veste, il serait superbe quand il la portera pour la première fois à la messe du dimanche, peut – être lors de la Fête-Dieu ? Elle le voyait déjà emprunter l’allée centrale de l’église pour rejoindre sa place habituelle dans le quatrième rang des bancs en chêne. Papa allait une fois de plus honorer le talent de maman en portant avec fierté ce vêtement réalisé avec amour.

Vers le soir, avant qu’il ne fasse sombre dans l’étable, Louise accompagnait maman pour aller traire les deux chèvres et nourrir les trois lapins qui faisaient trembler les grillages des clapiers en bois que papa avait confectionnés avec du bois de récupération. Au retour, chacune portait un bras de bois coupé pour pouvoir entretenir le feu dans le poêle de cuisine émaillé blanc, lequel maman apprenait Louise à briquer avec du papier journal tous les deux jours et  qui trônait dans le coin de la cuisine. Son conduit en tôle chromée, traversait le mur vers la chambre à coucher pour rejoindre le conduit de cheminée principal qui passait au centre de la maisonnée. Par ce procédé simple et peu coûteux , la famille profitait toutes les nuits d’hiver  du restant de chaleur de la journée, et la briquette noire posée sur le foyer du soir entretenait la brûlée pour laisser redémarrer le poêle le lendemain. On l’emballait cette briquette, dans du papier journal, avant de la mettre sur les braises restantes. Souvent Louise pensait que c’était pour cela que tous les jours il fallait qu’elle monte le journal, déposé sur l’escalier, en rentrant de l’école à midi.

Faire redémarrer le feu, cela, c’est papa qui s’en occupait, le matin de très bonne heure, avant même de boire un peu de café chicorée, il tirait sur la tige métallique à poignée qui faisait bouger la grille mobile par dessus la grille fixe du foyer du poêle pour faire tomber les cendres dans le tiroir récupérateur. C’est ensuite, en portant ces cendres toutes fumantes à l’extérieur de la maison pour les stocker dans un vieux fût en ferraille, en attendant qu’elles servent au jardin, que papa fumait aussi sa première cigarette roulée qui ne quittait pas ses lèvres de la journée. En revenant, il trouvait maman à la cuisine prête à se lancer dans ses activités journalières, mais avant il préparait le feu et l’allumait. Le pot à café trônait à sa place sur le coin du fourneau, il y puisait furtivement en effleurant la surface du liquide, une louche de café encore tiède, la mettait dans une tasse, la portait aux lèvres et en allant vers la porte en disant « salut », laissait celle-ci sur l’évier en grés rouge poli, juste à côté de la porte de sortie de la cuisine et de l’appartement. Il était « potier » à l’usine.

La sirène stridente retentissait à 6h30 du matin et des dizaines d’ouvriers cristalliers passaient sous le porche de l’usine dans les minutes qui précédaient. Elle hurlait à nouveau à midi, à une heure et vers 4h30 l’après-midi.

Louise se réveillait en général au son de la sirène, d’ailleurs dans le village, plus personne ne dormait dès lors que la grosse bête soufflait, pompait, cliquetait, résonnait de mille bruits familiers et tellement habituels.

… à suivre…

Publié dans Tranches de vie | 15 commentaires

Dominique / Doume vous salue !

Ce sera ici un endroit qui se veut discret et réceptacle de mes  élucubrations « historiques », des tranches de ma vie, des souvenirs oraux, des anecdotes… enfin plein de beaux épisodes de ma vie, tout comme d’autres moins amusants ou entrainants, d’autres remplis d’amour et/ou de tristesse…

Je souhaite à ceux qui passeront d’avoir un peu de plaisir à la lecture et leur dis merci d’avance s’ils laissent des traces de passage…

D.

Publié dans Tranches de vie | 18 commentaires